L’eau potable imprimerpartager

La qualité de l’eau potable est une notion qui varie selon le lieu et l’époque.

Différentes mesures ont été prises sur le plan mondial, européen et national pour évaluer précisément la qualité de l’eau et trouver des solutions adaptées à chaque cas.

Depuis 1958, l’Organisation Mondiale de la Santé (OMS) a déterminé certains critères définissant la qualité de l’eau potable.

En 1984, cet effort a abouti à la naissance des "valeurs guides", qui prennent en compte la composition chimique de l’eau.

Les "valeurs guides" régulièrement réactualisées, permettent de donner des chiffres indicateurs fixant les risques liés à la consommation.

Aujourd’hui, en France, la principale cause de non-conformité est la présence de nitrates.

Pour que l’eau puisse être consommée sans dommage pour la santé, il faut que la concentration en nitrates soit inférieure à 50 mg/l.

L’eau et la santé

Pour être en bonne santé, l’homme doit consommer 1,5 litre d’eau chaque jour. Encore faut-il que cette eau soit d’une qualité satisfaisante.

L’eau est dite potable lorsqu’elle peut être bue sans risque pour la santé.

L’absorption de nitrates peut produire des désordres graves dans l’organisme :

- dégradation de l’hémoglobine du sang,

- production de méthémoglobine toxique,

- développement d’une hypertension et de certaines formes cancérigènes.

Les recommandations de l’OMS

L’OMS recommande de ne pas absorber une dose supérieure à 3,65 mg/kg/j de nitrates, soit 255 mg par jour pour un adulte de 70 kg.

Pour ne pas dépasser ce seuil, il convient de surveiller le taux de nitrates de l’eau de boisson et de cuisson.

Les pays du Tiers-Monde connaissent aujourd’hui des épidémies liées à l’eau qui existaient en Europe avant les politiques d’assainissement décidées au XIXème siècle.

Les maladies liées à l’eau sont les premières causes de mortalité dans le monde.

Plus de la moitié de la population mondiale consomme une eau susceptible de transmettre ces maladies, dont les plus graves sont le choléra ou la typhoïde.

Une nouvelle maladie liée à l’eau est apparue : la légionellose.

Les sources de contamination incriminées dans les épidémies de légionellose sont le plus souvent des installations provoquant une multiplication de Legionella dans l’eau (température optimale : 37°C) et une aérosolisation (circuits de distribution d’eau chaude sanitaire alimentant des douches, systèmes de climatisation et tours aéro-réfrigérantes, bassins utilisés pour la détente, la balnéothérapie ou le thermalisme, équipements médicaux pour traitements respiratoires par aérosols, eaux thermales, fontaines décoratives,...).

Parmi toutes ces sources, les circuits d’eau chaude sanitaire représentent la cause la plus fréquente d’infection.

Sache également que le département du Pas-de-Calais a connue une épidémie assez grave de légionellose entre 2003 et 2004 qui a fait un certain nombre de victimes.

Tu peux retrouver toutes ces infos dans la malette pédagogique "les cours de l’eau"



L'avis des écocitoyens de l'eau

Ajouter votre avis

faq imprimer la page
© Agence de l'Eau Artois-Picardie | Nous écrire | Infos légales et autorisations